Edito Paris Art Juin 2013 Retour / returnLionel Bayol-Themines is a visual artist who lives and works in Paris, France. He’s been a permanent resident of the National Foundation for Graphic and Plastic Arts (FNAGP) in Paris, since 2004. Over the past twenty years, Lionel has been exploring the development of our societies through a fictional anthropology. His artistic researches focus on human relationships to history and environment, as in the series Typology of human language and Empty land... Today, by mixing digital photography technologies and 3D creation (Silent mutation-post anthropocène, landscape construction...), Lionel Bayol-Themines is building a new reality where the real and the virtual coexist a symbiotic relationship; by doing so, he speculates about the living environment we all share. Statement: Inspired by the philosopher Vilém Flusser - who has questioned the history of images and their creation process - as well as by some artists - such as Joan Fontcuberta - who have worked on the assumed truth of photography, its ability to represent reality, to give evidence or manipulate History, Lionel Bayol-Themines is developing a visual universe in which two worlds - or rather two spaces - one real, the other virtual - coexist in a symbiotic relationship. While for a long time photography was seen as a way for nature to represent herself *, today, the evolution of digital technologies allows the creation of unprecedented images that question this new space of representation that is the virtual world, this new code generated by man. Reality captured by digital cameras can be modified at will by algorithms, such as the Photoshop software, that allows you to «reveal» digitally the images. This is how only from single shots carried out on existing sites, Lionel bayol-Themines produces singular images: in the course of the creation process, some fragments of the original images are «revealed» through a variety of 3D tools before being assembled to the photograph they were extracted from. By revealing those weird landscapes, the artist questions the making of images and the ability of digital photography to generate other «realities». * see Joan Fontcuberta, Le baiser de Judas, éd. Actes Sud, 2005, p.20. André Rouillé This is not a photographer. (Extract from the editorial) Paris Art, 12 juin 2013 (…) The composite and (by computer) mixed nature of the works by Lionel Bayol-Themines separates them from photography, of which they make literally burst the poetry and the regime of truth. (...) The works of Lionel Bayol-Themines, like those of artists who are at the crossroads of the world of photography, of contemporary or digital art, are not less real than the most famous photojournalism prints. The one and the other are just true differently. They refer to antagonist truth regimes. While the documentary shots based on the belief that the truth can be collected and captured by contact and by recording at the surface of appearances, photographic works from visual artists are the result of an open constructivist approach in which photography is a plastic material selected for its ability to record - and, as a material, promised to unlimited assemblages, mixes and plastic actions. Photographic truth is statable, visual and affirmative unlike the plastic truth, which is more processural, discursive, problematic and sensitive. Lionel Bayol-Themines is not representing something, he expresses plastically anthropological, cultural and language phenomena, that go beyond the order of things and the visible. (...) The work of Lionel Bayol-Themines is fully contemporary in so far as it resonates with the current state of a world that has become elusive in a single way, and impossible to be totalized. A world in which different times, speeds and spaces are juxtaposed, and where one of the creation challenge is to forge paths amidst chaos ... (…) André Rouillé
Photographe plasticien, Lionel Bayol-Thémines vit et travaille à Paris. Depuis 2004, il est résident permanent de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques à Paris (FNAGP). Depuis une vingtaine d’années Lionel Bayol-Thémines observe l’évolution de nos sociétés par le biais d’une anthropologie fictionnelle. Ses recherches plastiques sont centrées sur les rapports de l’homme à son histoire et à son environnement, comme dans les séries Typology of humain language et Empty land... Aujourd’hui, en mixant les techniques de la photographique numérique et de la création 3D, Lionel Bayol-Thémines construit une nouvelle réalité où le réel et le virtuel coexistent de manière symbiotique (séries Silent mutation-post anthropocène, landscape construction...) ; ce faisant, il nous interroge sur notre espace de vie commun. Résumé de la démarche : Inspiré par le philosophe Vilém Flusser - qui a questionné l’histoire des images et leur processus de création - ou encore par certains artistes – tels Joan Fontcuberta - qui ont travaillé sur la « vérité » de la photographie, sur sa capacité à représenter le réel, à témoigner ou à manipuler l’Histoire, Lionel Bayol-Thémines élabore un univers visuel où coexistent de manière symbiotique deux mondes, ou plutôt deux espaces, l’un réel, l’autre virtuel. S’il est vrai que pendant longtemps « la photographie a été comprise comme une façon qu’avait la nature de se représenter elle-même »*, aujourd’hui, l’évolution des technologies numériques autorise la création d’images inédites qui interrogent ce nouvel espace de représentation qu’est le monde virtuel, ce nouveau code créé par l’homme. La réalité saisie par les appareils numériques peut être modifiée à loisir par des algorithmes, comme ceux du logiciel Photoshop qui permet de « révéler » numériquement les images. C’est ainsi qu’à partir de simples prises de vues réalisée sur des sites existants, Lionel bayol-Thémines fabrique des images singulières : au cours de ce processus, certains fragments des images d’origine sont « révélés » grâce à différents outils de création 3D pour être ensuite assemblés avec la photographie dont ils ont été extraits. En faisant apparaître ces étranges paysages, l’artiste interroge la fabrication des images et la capacité de la photographie numérique a générer d’autres « réalités ». * Joan Fontcuberta, Le baiser de Judas, éd. Actes Sud, 2005, p.20 André Rouillé Ceci n’est pas un photographe (Extrait de l’éditorial) Paris Art, 12 juin 2013 (…) La nature composite et mixée (informatiquement) des œuvres de Lionel Bayol-Thémines les sépare de la photographie dont elles font littéralement exploser la poétique et le régime de vérité. (…) Les œuvres de Lionel Bayol-Thémines, comme celles des plasticiens qui se situent à la croisée des univers de la photo, de l’art contemporain et du numérique, ne sont pas moins vraies que les plus célèbres photos de reportage. Les unes et les autres sont seulement différemment vraies. Elles se réfèrent à des régimes antagonistes de vérité. Alors que les clichés documentaires reposent sur la croyance que la vérité se collecte et se capte par contact et enregistrement à la surface des apparences, les œuvres photographiques des plasticiens sont le fruit d’une démarche constructiviste ouverte dans laquelle la photographie est un matériau plastique choisi pour ses capacités à enregistrer — et, en tant que matériau, promise sans limites à tous les assemblages, mixages et actions plastiques. La vérité photographique est constative, visuelle et affirmative, à la différence de la vérité plastique qui est plus processuelle, discursive, problématique et sensible. Lionel Bayol-Thémines ne représente pas quelque chose, il exprime plastiquement des phénomènes anthropologiques, culturels et langagiers qui débordent l’ordre des choses et du visible. (…) L’œuvre de Lionel Bayol-Thémines est pleinement contemporaine dans la mesure où elle est en résonance avec l’état présent d’un monde devenu insaisissable de manière unitaire, et impossible à totaliser. Un monde où se juxtaposent des temps, des vitesses et des espaces, et où l’un des enjeux de la création est de tracer des chemins dans le chaos… André Rouillé
Présentation
Mentions légales HomeCopyright 1990-2017 Lionel Bayol-Thémines-Tout droits réservés ADAGP